Les études scientifiques en Écologie 2021

L’étude des pollinisateurs – 2021

L’abeille de ruche, sur le devant de la scène, vole la vedette à plusieurs centaines d’abeilles sauvages différentes présentes rien qu’à Lyon ! Sans elles, 90% des plantes sauvages ne pourraient survivre et 75% de nos aliments disparaitraient de nos assiettes. C’est donc cette diversité d’insectes volants (abeilles, bourdons, guêpes, mouches, papillons, syrphes…) qui pollinisent nos végétaux en se nourrissant du pollen et du nectar.

Mais quelles espèces précises avez-vous sur votre site ? C’est ce que nous cherchons à savoir grâce au protocole Pollinisateurs. La technique est très simple : pendant 24 h nous laissons 3 coupelles de couleurs accrochées à un piquet de bois à hauteur de végétation. Les coupelles sont remplies d’un mélange d’eau avec une goutte de liquide vaisselle. Cela permet de casser la tension de l’eau et de piéger nos insectes. Les couleurs des coupelles ne sont pas choisies au hasard : bleu, jaune et blanc, soit les couleurs qui, dans la nature, attirent le plus les pollinisateurs. Et pour maximiser nos chances, la peinture utilisée est une penture à UV, car OUI les pollinisateurs sont attirés par les UV. Les conditions idéales pour ce protocole sont une journée ensoleillé, sans vent avec une température supérieure à 16°C. Nous avons réalisé cette manipulation de mars à octobre 2021. Nous analysons en laboratoire les différentes espèces et leur nombre.

L’étude de la méso-faune – 2021

Un sol vivant est la base d’un écosystème en bonne santé. Fertilité, absorption du CO2, infiltration de l’eau : des avantages immenses réalisés en silence par une foule d’organismes minuscules, vivant en communauté de plusieurs millions d’individus sous nos pieds. Comme “éboueurs du sol” nous pouvons retrouver :

Les collemboles : Discrètes petites bêtes de quelque millimètres, ils sont abondants et reflètent la qualité du sol. Ils sont les chefs de la décomposition et du recyclage des matières.

Les nématodes : Véritables « jardiniers de l’ombre », ce sont des vers quasi-microscopiques qui œuvrent aussi à rendre disponible les nutriments pour les plantes.

Alors comment faire pour piéger des êtres si minuscules ? Pour réussir ce challenge nous prélevons des mottes de terres, aussi appeler carottes de sol. Puis nous réalisons la technique du “Berlèze”. Le principe est le suivant : la carotte de terre est déposée sur un entonnoir muni d’un filtre. Sous l’action de la lumière et de la gravité, , les organismes présents dans la terre descendent et traversent le filtre et l’entonnoir. Si les organismes sont assez petits (et donc appartiennes à la méso-faune) pour traverser le filtre, ils tombent dans un tube rempli d’alcool, ce qui les conserve. Le montage reste en place une semaine. L’analyse se fera en laboratoire.

L’étude de la macro-faune – 2021

De nombreux insectes peuplent nos jardins : rampants, volants, solitaires, vivants en colonie… leur diversité est incroyable ! Et pourtant nous sommes peu nombreux à s’intéresser à ces petites bêtes là. Pourtant leur rôle est essentiel pour le bon fonctionnement du sol et des végétaux !

Pour déterminer quelles espèces habitent les jardins, nous réalisons des pièges très simples : un petit pot en plastique est enfoncé à ras du sol. Les insectes vont, en se déplaçant au hasard, tombé dans le pot. Ils ne peuvent pas en ressortir car nous avons mis dans les pots un mélange d’eau et de propylène glycol (produit sans danger ni pour l’homme ni pour les animaux domestiques) afin de conserver l’ADN. Une petite plaque de plexiglas est installée au dessus de l’orifice du pot, à 2-3 cm du sol afin d’éviter que la pluie et les micro-mammifères ne rentrent dans nos pots. Les insectes seront dénombrés en laboratoire. Il est difficile de déterminer l’espèce d’un insecte uniquement grâce à un microscope. Pour être le plus précis possible, nous enverrons donc également les échantillons dans un second laboratoire qui réalisera du métabarcoding afin de déterminer l’espèce de manière précise et fiable.

Le métabarcoding

L’ADN de chaque espèce correspond à un code-barres unique. Afin de caractériser des espèces animales, les chercheurs ont défini une région du gène mitochondrial codant pour la cytochrome oxydase 1 (CO1) comme fragment de référence. Ce gène se retrouve dans toutes les espèces mais présente à chaque fois des différences : c’est notre code-barres !

La technique ? Extraire l’ADN d’un échantillon, puis amplifier par PCR (Polymerase Chain Reaction) le fragment cible correspondant au code-barres pour en avoir des milliers d’exemplaires. Une fois amplifier on compare ce “code-barre” à une base de référence pour le relier à une espèce donnée. Pour en savoir plus sur le métabarcoding.

Les études scientifiques en Écologie 2022

Présentation des études scientifiques de 2022 (Oiseaux, Chauves-Souris et Papillons)

L’étude des oiseaux – 2022

1. Un inventaire des oiseaux de chaque site se fera par point d’écoute. Comment ? Les oiseaux vus et entendus seront inventoriés par les scientifiques Quand ? Un 1er passage au début du printemps (mars-avril) et le 2ème  à la fin du printemps (mai-juin 22) Durée ? Un passage dure entre 20 et 60 min selon la taille du site.

2. Un inventaire des oiseaux de chaque site se fera par enregistrements. Comment ? Enregistrement des chants des oiseaux par des petits capteurs (1-2 par site) installés dans les arbres. Quand ? Une 1ere pose au début du printemps (mars-avril 22) et la 2ème  à la fin du printemps (mai-juin 22). Durée ? Les capteurs seront laissés 48 h dans les jardins pour enregistrer les chants durant 2 matinées.

3. Un inventaire des oiseaux de chaque site se fera par suivi participatif. Comment ? Les habitants volontaires transmettront leurs observations des oiseaux de leur jardin aux scientifiques. Ils pourront également transmettre un descriptif ou des photos afin que les scientifiques les aident dans  l’identification. Quand ? Durant tout le printemps. Durée ? Pas de règle. Les habitants nous transmettent leurs observations quand ils ont le temps et l’envie.

Vous souhaitez participer à l’inventaire des oiseaux de votre site ? Rendez-vous ICI !

L’étude des chauves-souris – 2022

Un inventaire des chauves-souris de chaque site se fera par enregistrements. Comment ? Enregistrement des chants (ultra-sons) des chauves-souris par des petits capteurs (1-2 par site) installés dans les arbres par les scientifiques. Quand ? La pose se déroulera en juin-juillet 2022. Durée ? Les capteurs seront laissés 48 h dans les jardins pour enregistrer les chants durant 2 nuits.

L’étude des papillons – 2022

Un inventaire des papillons de chaque site se fera par suivi participatif. Comment ? Les habitants volontaires transmettront leurs photos de papillons de leur jardin aux scientifiques Quand ? Durant tout le printemps 2022. Durée ? Pas de règle. Les habitants transmettent leurs observations quand ils ont le temps et l’envie.

Vous souhaitez participer à l’inventaire des papillons de votre site ? Rendez-vous ICI !

Inventaires via les sciences participatives

Protocole pour le suivi des oiseaux

Les oiseaux sont un maillon très important de la biodiversité. Cette année nous allons les inventorier via 3 méthodes : via une écoute des chants à l’oreille; via l’enregistrement des chants par des capteurs ; et via les sciences participatives. En effet qui est mieux placé que vous, habitants, pour nous aider à compléter ces données avec d’autres observations (lors de votre petit déjeuner, plus tard dans la journée, à la tombée de la nuit, lorsqu’il fait beau, nuageux, etc.) tout au long de la saison ?

Si vous êtes partants et motivés, vous trouverez ci-dessous le protocole détaillé :

Et si vous êtes novices dans la reconnaissance des oiseaux, pas de panique nous avons pensé à vous ! Vous trouverez ci-dessous un livret de formation “Oiseaux des jardins” pour reconnaître facilement les oiseaux de vos jardins ainsi que des liens pour vous entrainer !

Vous pouvez télécharger en toute sécurité le livret de formation “Oiseaux des jardins” ici ou en cliquant sur l’image à gauche. Le mot de passe pour ouvrir le document est : “pie” Pour pouvoir écouter les chants, il faut télécharger le document puis l’ouvrir avec PowerPoint ou la visionneuse PowerPoint.

Si vous n’avez pas PowerPoint, vous pouvez toujours télécharger le livret de formation sous format PDF. Attention, sous ce format, vous ne pourrez pas écouter les chants d’oiseaux.

Voici quelques liens pour vous aider :

Protocole pour le suivi des papillons

Si vous préférez les papillons ou si vous voulez également nous aider sur ce taxon en plus des oiseaux, voici le protocole à suivre :

Si vous êtes partants et motivés, vous trouverez ci-dessous le protocole détaillé :

Résultats

Résultats de l’étude botanique de 2021

Résultats de l’étude du sol de 2021

La recherche en Urbanisme

Cartographie

Carte dynamique de l’occupation du sol

Cliquez et explorez la carte Carte dynamique en très haute résolution !


Nos données de référence

Cliquez ici pour télécharger le poster format A0 de la Végétation – Occupation du Sol


Distribution de la végétation dans les quartiers


Extraits de l’Occupation et de l’Utilisation du sol